S'il y a bien une chose que les visiteurs et les cast members ne supportent pas, ce sont les petits malins qui essaient de couper les files d'attente. Quand il nous arrivait d'en surprendre en flagrant délit, nous ne leur faisions pas de cadeaux. Ils étaient aussitôt, soit invités à rejoindre leur position initiale, soit exclus de l'attraction pour les cas les plus graves.

Mais parfois, on pouvait essuyer un refus d'obtempérer. Dans ce cas, soit les équipes de sécurité prenaient le relais, soit les cast members avaient assez d'imagination pour les empêcher coûte que coûte de participer à l'attraction concernée. Et il n'est pas forcément nécessaire d'avoir de gros muscles pour faire partir des indésirables.

Je me souviens d'un épisode quand j'étais chef de train au Disneyland Railroad. Nous étions en gare de Frontierland en train de faire monter les visiteurs. Une fois le compte atteint, la file fut à nouveau fermée, les autres visiteurs devant attendre le train suivant.

Au moment de partir, un couple entra par la sortie en courant et s'installa dans l'une des voitures, pensant n'être ni vus, ni connus. Je me précipitais alors vers le compartiment concerné afin de déloger ces passagers clandestins.

— Bonjour, je regrette, mais vous n'avez pas emprunté le bon chemin, vous devez ressortir et entrer dans la file d'attente.
— Quoi, qu'est-ce que tu nous veux ? On est assis, on ne bouge pas !
— Et d'une, je ne vous connais pas, donc vous ne me tutoyez pas, et de deux vous allez de toute façon quitter ce train.
— C'est ça, cours toujours […] !
(une insulte gratuite fuse de sa part)
— Je vois que vous avez des capacités d'argumentation limitée, ce n'est pas grave. Ne bougez pas…

Je rejoignis alors mon poste sur le train, non pas pour autoriser le départ, mais pour saisir une arme redoutable : le microphone pour effectuer des annonces.

— Mesdames et messieurs, je vous informe que nous sommes momentanément retenus à quai en raison de la présence dans ce train de deux visiteurs indélicats. Ces personnes n'ont pas fait la file d'attente comme tout le monde, se sont installées à bord et refusent de partir pour l'instant.

Bien évidemment, la foule s'empressa de huer les fautifs et les deux sortirent immédiatement du train en me lançant : “c'est nous que tu traites de visiteurs indélicats ? Va ch[…], c'est bon, on se casse !”

Les autres voyageurs, très reconnaissants, applaudirent chaleureusement et ça, ça faisait chaud au cœur !