La différence entre un parc d'attractions classique et un parc Disney, c'est le soin apporté aux détails. Chaque lieu du parc raconte ainsi une histoire bien particulière. C'est grâce à la somme de toutes ces petites choses, pas forcément perceptibles au premier abord pour le profane, que les visiteurs sont littéralement transportés dans un autre monde.

Chacune des attractions, boutiques et restaurants sont confiées à des équipes projet dont la mission est de traduire en trois dimensions l'histoire que l'on souhaite raconter. Ces ingénieurs de l'imaginaire (“imaginieurs” dans le jargon Disney) apportent ainsi leur talent dans la conception et réalisation de lieux décidément bien uniques. Et parfois, ils laissent des petits clins d’œil bien sympathiques qui ne font que renforcer les belles histoires !

Je me baladais ainsi en compagnie d'une collègue exerçant à Fantasyland. Elle me racontait qu'elle avait eu un jour une discussion avec un des imaginieurs et m'invita à visiter le restaurant “Au chalet de la marionnette”, inspiré du long métrage Pinocchio. Cet établissement était en fait une version modernisée d'un restaurant similaire nommé “Village Haus” dans le parc Disneyland original, situé près de Los Angeles aux États-Unis.

L'entrée du restaurant se fait sous une double arche supportée par un pilier au croisement. À l'intérieur, c'est donc logiquement un panneau "sortie” ou “exit” qui est apposé au-dessus de cette double arche. Dans le restaurant parisien, le panneau sortie est positionné en plein milieu, avec en motif le chat Figaro accoudé sur le panneau et levant son pouce comme pour dire “ok” ou “génial”.

Qu'y a-t-il de bien extraordinaire allez-vous me demander ? En fait, l'histoire remonte au début des années quatre-vingts, lorsque le Fantasyland californien allait ouvrir son restaurant Village Haus. L'architecture est la même, à la différence que le pilier soutenant les deux arches était en fait un pilier porteur. Il était donc impossible de positionner le panneau “exit” exactement au milieu.

Les imaginieurs décidèrent de s'amuser de ce détail en dessinant le chat Figaro tirant une corde reliée à ce panneau, comme s'il voulait le déplacer au milieu ! Lorsqu'ils apprirent qu'ils allaient concevoir un restaurant similaire à Paris, ils ont raconté la suite de l'histoire. Le panneau étant désormais au milieu, le chat Figaro avait toutes ses raisons d'être désormais satisfait !

Aujourd'hui, cette histoire est officiellement “publique”, l'extraordinaire ouvrage “Disneyland paris, de l'esquisse à la création”, publié à l'occasion des dix ans du parc français, la racontant, sans cependant en montrer d'images. C'est lors d'un voyage en 2000 que j'ai pu enfin voir de mes yeux vus cette belle anecdote que l'on m'avait racontée quelques années plus tôt !

Figaro à Anaheim

Figaro à Paris