Alors que la France a enfin rejoint le club des pays bannissant la cigarette dans les lieux publics, on peut imaginer que Disney était déjà en avance chez nous. Et bien en fait, pas tant que ça… Au contraire, l'entreprise n'a pas, pendant de longues années fait montre d'un effort notable pour protéger ses employés ou ses visiteurs du tabagisme passif.

Remontons à 1992, l'année de la publication du décret d'application de la loi dite Evin. Cette année là, la France était devenue pionnière en Europe en adoptant les premières mesures sévères de lutte contre le tabagisme. On sait par la suite comment cette loi a été diversement appliquée…

Au parc Euro Disneyland, la règle, identique aux autres parcs de la maison Disney était simple : interdiction de fumer dans les attractions, les files d'attente et les salles de spectacle. Les restaurants pour leur part avaient adopté ce que prévoyaient les textes, à savoir, la séparation des zones fumeurs et non fumeurs. Jusque là, tout va bien.

Du côté des locaux réservés aux cast members, les mêmes règles prévalaient : interdiction de fumer dans les locaux communs du personnel et séparation fumeurs/non fumeurs aux restaurants d'entreprise. De ce côté là, tout va bien aussi.

Mais dans la vraie vie, rien n'est hélas parfait. Dans le parc, si les interdictions de fumer étaient relativement bien respectées dans tous les endroits clos et couverts, ce n'était plus vraiment le cas dans les files d'attente extérieures ou semi-couvertes avec des ouvertures sur l'extérieur (comme à Big Thunder Mountain, Phantom Manor, Indiana Jones ou la mezzanine de Space Mountain). Dès que les visiteurs estimaient qu'ils étaient dans une zone en contact avec l'extérieur, ils pensaient volontairement ou non qu'ils pouvaient en griller une. Et peu importe qu'ils soient entourés de monde, d'enfants, de personnes fragiles, de gens qui ne supportent pas le tabac… leur égoïsme (ou leur addiction) les aveuglaient dans leur comportement. Pourtant, quand on peut s'abstenir de fumer au cinéma pendant deux heures, on peut bien s'abstenir de fumer pendant une heure de queue…

Quand ils s'en apercevaient, les cast members faisaient en général le nécessaire pour faire éteindre les cigarettes ou faire des rappels par annonces sonores de façon régulière. Car la signalétique en la matière est plutôt pauvre. Seuls de minuscules pictogrammes à l'entrée des attractions rappellent cette interdiction. Le principe de l'interdiction était à peine rappelé une fois dans les files d'attente et si c'était le cas, de façon quasi-invisible.

L'empressement des cast members à faire éteindre les cigarettes disparaissait rapidement lorsqu'ils se retrouvaient en coulisse. Les salles de pause par exemple étaient de véritables fumoirs alors qu'il était théoriquement interdit d'y fumer. Idem dans le hall des vestiaires où un bien gentil panneau d'interdiction de fumer figurant Baby Herman privé de son cigare tentait de rappeler timidement la règle aux cast members, censés être des modèles…

Dans les années 2000, les parcs américains et japonais décidèrent de rendre leurs parcs entièrement non fumeurs, avec toutefois l'aménagement de nombreuses zones fumeurs à l'extérieur. A Disneyland Paris, on a fait tout l'inverse en ne faisant rien pour limiter le tabagisme, mais plutôt tout pour faciliter le confort des fumeurs !

Toutes les poubelles ont ainsi été munies d'un cendrier. Certes, ce dispositif a probablement permis de réduire la présence des mégots par terre. Mais le zèle avec lequel a été conduit la mise en place de ces nouveaux réceptacles a poussé à de nombreuses maladresses. En effet, ces poubelles étaient même installées dans des lieux où il était interdit de fumer.

Une poubelle-cendrierDans certaines files d'attente, attractions et restaurants on trouvait donc des cendriers ! Voilà comment inciter à fumer dans des lieux où c'est interdit… On ne peut pas dire que le management de Disney ait brillé avec cette “idée”.

Et pourtant, depuis peu, Disney semble enfin se préoccuper du problème du tabagisme. Le 1er avril 2006 (et ce n'est pas une blague), tous les restaurants sans exception sont devenus 100% non fumeurs. Même le Sport's Bar au Disney Village goûte au plaisir d'une ambiance festive sans fumée depuis le 1er octobre 2006.

Ensuite, le 1er février 2007, date d'application du nouveau décret renforçant le principe de l'interdiction de fumer, Disney se met aux normes et supprime les cendriers dans les halls et couloirs des hôtels et centres de conventions. La signalétique officielle du ministère de la Santé fait même son apparition en cohabitation avec la signalétique plus travaillée made in Disney.

Du côté des cast members, de nombreux reportages sur l'entreprise ont montré que des efforts substantiels avaient été réalisés. Toutes les zones communes sont vraiment devenues non fumeurs sans aucun heurt, les fumeurs sortant désormais pour s'en griller une. Les cast members actuels me confirment d'ailleurs que la mise en place de l'interdiction s'est très bien passée.

Tout va bien dans le meilleur des mondes alors ? Et bien non, pas encore. En fait, Disney est dans l'illégalité la plus absolue dans ses parcs. En effet, les zones couvertes (arcades, galeries, files d'attente, restaurants, attractions) possèdent encore ces fameuses poubelles-cendriers. Or le décret est on ne peut plus explicite : la présence d'un cendrier étant considérée comme un encouragement à fumer, leur présence dans des zones où il est interdit de fumer n'est pas du tout autorisée, des sanctions pouvant être prises contre le propriétaire des lieux.

La circulaire du ministère de la Santé, parue le 29 novembre 2006 précisant les conditions d'application du décret est sans ambiguïté :"La troisième infraction vise à sanctionner les responsables des lieux qui incitent les usagers à fumer en toute illégalité, par exemple en leur donnant des encouragements oraux en ce sens ou en mettant à leur disposition des cendriers dans des lieux où il est interdit de fumer."

Des cendriers en toute illégalité

Alors que tous les centres commerciaux par exemple ont remarquablement joué le jeu en respectant à la lettre les nouveaux textes réglementaires, il est étonnant que Disneyland Paris soit encore en marge et en retard dans ce domaine où pourtant une telle entreprise est attendue au tournant.

Sans oublier qu'à l'exception des restaurants, la signalétique dans les parcs reste encore faible voire inexistante. C'est là qu'on voit que les différentes activités du parc sont vraiment gérées indépendamment, par des services différents… Quel drôle de paradoxe de voir que l'on encourage involontairement les visiteurs à fumer dans un parc “américain” ! J'ai bien entendu signalé cette situation ubuesque aux relations visiteurs et je serais curieux de voir combien de temps cette situation va perdurer. On m'a promis que ma remarque était transmise aux services concernés…

Et sur les plans du parc qui sont offerts aux visiteurs, on ne trouve même plus la mention rappelant qu'il est interdit de fumer dans les files d'attente, les attractions et les salles de spectacles. Le fait qu'elle ait disparue depuis plusieurs éditions est absolument incompréhensible. Seule l'interdiction de fumer dans les restaurants est mentionnée. Allons Disney, un peu d'efforts, ce ne sont que quelques lignes à rajouter…

Un cendrier reconverti intelligemment[Mise à jour du 07/07/07] Disney m'a confirmé que la suppression de ces cendriers illégaux allait être assurée. Dans l'intervalle, les cast members m'ont indiqué qu'ils avaient reçu pour consigne de retourner ces poubelles litigieuses afin que ces cendriers ne soient pas visibles du public. De leur côté les hôtels ont déjà procédé au retrait des cendriers publics, souvent en les transformant de façon intelligente en pot à fleurs.
[Mise à jour du 26/07/07] La signalétique officielle du ministère de la Santé a fait son apparition à l'entrée des lieux couverts, mais pas encore vraiment dans les files d'attente. Espérons que Disney obtienne éventuellement du ministère une dérogation pour faire des panneaux un peu plus stylisés, afin d'être mieux intégrés dans le thème du décor tout en restant visible. En effet, la signalétique actuelle est une obligation légale. Par contre, il reste encore des cendriers illégaux dans certaines zones couvertes du parc. Allez, encore un petit effort…
[Mise à jour du 25/12/07] Ça y est, les premiers cendriers illégaux des parcs ont commencé à être condamnés (vu dans le Studio 1). Une plaque métallique recouvre ainsi l'orifice. Mais il reste encore du boulot, surtout dans les files d'attente des attractions, où d'ailleurs la signalétique continue d'être quasi-inexistante. Disney a dû cependant recevoir quelques remontrances…